Le Fjord-du-Saguenay

CarteMrcSituée dans la région administrative 02, le Saguenay–Lac-St-Jean, la municipalité régionale de comté (MRC) du Fjord-du-Saguenay se partage la superficie régionale avec trois autres MRC soient : Maria-Chapdelaine, Domaine-du-Roy et Lac-Saint-Jean-Est. Elle veille au développement de la partie la plus à l’est de la région du Saguenay–Lac-Saint-Jean. Du nord au sud, elle encercle complètement la Ville de Saguenay.

Couvrant un territoire de près de 43 000 km², la MRC du Fjord-du-Saguenay possède un contact privilégié avec la nature et les luxuriantes étendues de forêt. La forêt, couvrant 92 % du territoire, est composée d’une importante variété d’espèces qui se retrouvent sur les neuf zones d’exploitation contrôlée (ZEC) et les trois parcs du territoire : deux parcs nationaux et un parc marin. La présence de la rivière Saguenay scinde le territoire de la MRC d’est en ouest.

La géomorphologie du territoire est le résultat d’une succession de glaciations qui sont venues moduler la surface terrestre. Ce phénomène est appelé graben du Saguenay. Le fjord du Saguenay en fait partie. Reconnu comme le plus septentrional, il est le seul fjord habité en Amérique du Nord. Avec sa longueur de 70 km, il se classe parmi les plus longs fjords au monde. C’est la portion de la rivière Saguenay située entre la flèche littorale de Saint-Fulgence et son embouchure à Tadoussac qui est considérée comme un fjord.

Par ailleurs, une autre particularité de la MRC est sans contredit la présence du massif des monts Valin. Celui-ci connaît un enneigement exceptionnel inspirant le nom de vallée des Fantômes. Ce massif montagneux est omniprésent dans le paysage saguenéen.

Particularités du territoire

De Petit-Saguenay à Saint-Félix-d’Otis, la Route du fjord présente des points de vue à couper le souffle. La Vallée de la biodiversité, de Saint-Fulgence à Tadoussac, s’inscrit également dans cette route touristique signalisée.

On appelle « destination d’activités nordiques » tout le secteur du massif montagneux des monts Valin. Par ailleurs, le plateau du lac Poulin, par son altitude, surplombe le secteur du Bas-Saguenay et même, en partie, de Charlevoix.

Les vastes champs de pommes de terre et les bleuetières viennent aussi moduler l’horizon des municipalités de la Couronne Nord de la MRC à Saint-Ambroise, à Bégin et à Saint-David-de-Falardeau. À Saint-Charles-de-Bourget, la promiscuité de la rivière Saguenay et le caractère champêtre des lieux apportent une impression de tranquillité. La route Dorval à Larouche .

Historique de la municipalité régionale de comté

MRC du Fjord-du-SaguenayAvant la création de la MRC du Fjord-du-Saguenay comme entité administrative en 1983, différents peuples ont découvert, exploré et exploité ce territoire. Selon les recherches archéologiques, l’occupation de ce territoire remonte à plus de 5 000 ans. Le commerce des fourrures a contribué à l’établissement de postes de traite le long du Saguenay et, par la suite, la coupe de bois a mené à l’implantation de nombreuses scieries à proximité des cours d’eau, ce qui a contribué à l’ouverture officielle de la région.

À compter de 1838, la Société des Vingt-et-un établit des moulins dans plusieurs anses de la rivière Saguenay. En 1843, ces établissements appartiennent tous à la famille Price. À cette époque, l’agriculture permet de subvenir aux besoins des travailleurs forestiers et d’ouvrir la région du Saguenay à la colonisation afin de combler le manque de terres cultivables en Charlevoix.

Alors favorisés par l’exploitation forestière, les premiers établissements s’implantent dans le Bas-Saguenay. Mais l’époque de la grande industrie avantagera le Haut-Saguenay au détriment du Bas-Saguenay, considéré comme un bassin d’approvisionnement. D’ailleurs, dès 1917, la Compagnie Price entreprend des études sur la rivière Shipshaw pour la construction de barrages et de centrales hydroélectriques sur la rive nord du Saguenay.

Création de la MRC du Fjord-du-Saguenay

Finalement, le 1er janvier 1983, la région assiste à la création de la municipalité régionale de comté (MRC) du Fjord-du-Saguenay. Elle succédait alors au Conseil de comté de Chicoutimi, de même qu’au Conseil métropolitain du Haut-Saguenay. Conformément au pouvoir qui lui a été octroyé lors de l’entrée en vigueur de la Loi sur l’aménagement et l’urbanisme (LAU) en 1979, la MRC enclenchait le processus d’élaboration de son premier schéma d’aménagement.

Au début de l’année 2000, la structure de l’organisation a été modifiée. Le gouvernement du Québec, sur un élan décentralisateur vers les municipalités locales et régionales, désire enclencher rapidement le processus de réorganisation municipale. Ainsi, le gouvernement a procédé à divers changements qui ont touché la structure même de la MRC du Fjord-du-Saguenay.

Depuis le 18 février 2002,  le territoire de la municipalité régionale de comté, composé de treize municipalités rurales et de trois territoires non organisés comme on la connaît maintenant, est constituée.