Le renouveau national. Assumer un nationalisme décomplexé

671px-coat_of_arms_of_kingdom_of_france-svgPar Alexandre Cormier-Denis : Rappelons que les Canadiens français se sont toujours vus comme appartenant à la Chrétienté – terme que nous pourrions désigner dorénavant comme l’Occident. Cela relevait tellement du sens commun qu’il était inutile d’en faire un cas : c’était une évidence.

C’est sur cette alliance entre la couronne de France et l’Église catholique que s’est bâti le berceau de l’Amérique française qui a donné naissance au Canada français puis au Québec contemporain. Exclus de la conquête de l’Ouest après la pendaison de Riel, les Canadiens français trouveront refuge dans une province-réserve où ils demeureront majoritaires. Suivant la désillusion des nationalistes canadiens-français face à la mauvaise foi de Londres et d’Ottawa, la tentation de faire sécession du Canada anglais se fera de plus en plus forte au courant du siècle. Annoncée par le chanoine Groulx lors de son célèbre discours de 1922 – « Qu’on le veuille ou qu’on ne le veuille pas, notre État français, nous l’aurons ! » – la volonté de faire de la province de Québec un État souverain débouchera concrètement sur l’avènement du mouvement souverainiste.

Faire sécession. Créer un État séparé du reste du Canada anglais. Un État où nous serions enfin majoritaires et seuls maîtres en notre pays. Un État français en Amérique du Nord.

Nous ne reviendrons pas sur la naissance de l’Ordre de Jacques Cartier, de l’Alliance laurentienne, du Front de Libération du Québec, des Chevaliers de l’indépendance, du Rassemblement pour l’indépendance nationale, du Ralliement National ou du Parti Québécois. De nombreux ouvrages décrivent fort bien la genèse de ce qui est désigné aujourd’hui comme la naissance du « néonationalisme » québécois dans les décennies 1950-1960, il y a déjà plus de soixante ans. Pour faire court, disons que ce néonationalisme issu de la Révolution tranquille s’est distingué du nationalisme défensif et profondément enraciné dans la tradition catholique des habitants du Canada français. Le vieux credo ultramontain « la langue gardienne de la foi » fut donc jeté aux oubliettes de l’histoire par ces nouveaux nationalistes. De Canadiens français, nous devenions Québécois, excluant de facto toute la diaspora qui débordait les frontières de la province.

(…..)

Il nous apparaît donc que c’est par le ré-enracinement dans les fondements de ce qui fait du Québec un endroit unique au monde qu’il faut commencer à réarticuler la question nationale pour le XXIe siècle. Il faut défendre le passé glorieux de la Nouvelle-France, comprendre l’impact qu’ont eu les ordres missionnaires, se rappeler l’histoire de l’Église triomphante, décrypter l’épisode des patriotes avec un regard neuf, sortir du mythe de la « Grande Noirceur » pour faire une critique raisonnée de tous les échecs de la Révolution tranquille et enfin sortir du référendisme à tout crin qui nous a menés dans une catastrophe politique.

Car les nouvelles générations de patriotes ne veulent pas une utopie sortie des cerveaux malades des théoriciens queers et postmodernes biberonnés aux subventions universitaires. Ce qu’ils veulent, c’est la reconquête de leur histoire, de leur territoire, de leur économie et de leur patrie. Le nationalisme qui pointe à l’horizon s’émeut peu du poison de la culpabilité coloniale que les militants de la haine-de-soi injectent au corps national.

Oui, le Québec est le fils de la France coloniale du XVIe siècle. Oui, nous sommes un peuple très majoritairement blanc, catholique, descendants des colons français venus s’établir en Amérique du Nord. Oui, nous appartenons au camp occidental. Oui, nous sommes le foyer lumineux de l’Amérique française entouré de toutes parts par l’anglophonie protestante et libérale. Oui, notre destin national est exceptionnel. Et alors ? Nous ne nous en excuserons plus.

samuel_de_champlain_carte_geographique_de_la_nouvelle_france

Qui aurait cru que les descendants de cette poignée de colons arrivés sur les berges laurentiennes allaient devenir le plus grand peuple explorateur de l’Amérique du Nord, tissant alliances et traités avec les Autochtones et cartographiant le continent de la Baie d’Hudson au Golfe du Mexique ? Qui aurait misé sur le fait que plus de deux siècles après l’annexion de la Nouvelle-France par l’empire britannique nous allions encore parler fièrement le français ? Qui oserait encore cracher sur l’incroyable épopée de nos ancêtres qui créèrent, contre vents et marées une civilisation pleine et entière au cœur de l’Amérique du Nord ?

Nul besoin de larmoyer sur les défaites passées des dernières décennies. L’époque où les souverainistes étaient transis de peur à l’idée qu’on puisse évoquer « l’argent et le vote ethnique » tire à sa fin. L’éternelle repentance est morte sous les décombres de la nécessité vitale de reprendre le discours nationaliste de façon franche et sans complexe.

Une nouvelle génération se lève pour voir le jour et souhaite en finir avec l’à-plat-ventrisme de nos pseudo-élites auto-proclamées. L’époque de la mollesse post-référendaire est terminée.

_____________

Publicités

À propos de Guy Boulianne

Guy Boulianne, auteur et éditeur. Ce dernier a réalisé une quête personnelle, historique, généalogique et symbolique. Il en dévoilera prochainement la teneur dans la rédaction d'ouvrages à paraître.

Publié le 1 janvier 2017, dans Actualités, et tagué , , , , , , , , , . Bookmarquez ce permalien. 1 Commentaire.

  1. Count Prince Jarl Ale Basseville of Normandy

    Je pense que tu peux jouer sur le fait que je veux réunir Notre nation

    Jarl Ale de Basseville http://www.jarlale8.com http://www.aledebasseville.com http://www.utopianmagazine.com +33659736487

    >

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :