La légendaire épée dans la pierre de l’Abbaye de San Galgano, en Toscane

La croix formée par l'épée dépassant du rocher.San Galgano est le premier saint dont la canonisation a été menée par le biais d’un processus formel par l’Église. Par conséquent, une grande partie de la vie de la San Galgano est connue à travers les documents de ce processus de canonisation, qui a été réalisée en 1185, quelques années après sa mort. En outre, il y a aussi un certain nombre d’ouvrages écrits par des auteurs plus tardifs sur la vie du saint.

San Galgano est né en 1148 à Chiusdino, dans la province italienne de Sienne. Sa mère est enregistrée comme Dionisia, tandis que (dans les œuvres ultérieures) le nom de son père est dit Guido ou Guidotti. Il est dit que San Galgano était centré sur les plaisirs mondains. Comme la plupart des nobles, il était un chevalier formé à l’art de la guerre, et était arrogant ainsi que violent. Tout cela a changé, cependant, et le chevalier est ensuite devenu un ermite.

La conversion de San Galgano a commencé avec une vision de l’Archange Michel, qui, incidemment, est communément décrit comme un saint guerrier. Dans une version de la légende, l’Archange Michael a comparu devant San Galgano, et lui a montré la voie du salut. L’archange lui à même dit le saint lieu où il devrait aller. Le lendemain matin, San Galgano a déclaré qu’il allait devenir un ermite, et résiderait dans une grotte à proximité.

ChasseSanGalganoComme on peut s’y attendre, San Galgano a été ridiculisé par ses amis et sa famille, et a probablement pensé avoir perdu son esprit. La mère du saint, Dionisia, parvient à convaincre son fils de rendre visite à sa fiancée pour la dernière fois avant de renoncer à tous les plaisirs mondains. Revêtant les vêtements de gentilhomme, San Galgano partit rendre visite à sa fiancée. Sur son chemin, le cheval du saint s’est soudainement cabré, et a éjecter son cavalier.

Puis, une force invisible a remit San Galgano sur ses pieds, et une voix séraphique l’a guidée jusqu’à Montesiepi, une colline proche de Chiusdino. Lorsque San Galgano atteint le pied de la colline, on lui a dit de rester immobile et de regarder vers le haut de Montesiepi. San Galgano dit avoir eu une vision d’un temple rond avec Jésus et Marie entourée par les douze apôtres. Puis, la voix lui a dit de monter sur la colline, et la vision disparut.

Lorsque San Galgano a atteint le sommet de Montesiepi, la voix reprit la parole, lui ordonnant de renoncer à tous ses désirs mondains. San Galgano a cependant objecté que cela était aussi facile que de fractionner les pierres avec une épée. Pour prouver son point de vue, San Galgano tira son épée et l’enfonça dans une pierre. Au grand étonnement du saint, l’arme  a traverser la pierre comme un couteau chaud dans du beurre, et a été coincée dans la pierre. San Galgano compris le message fort et clair, et a vécu sur Montesiepi comme un ermite. Plusieurs années après la mort de San Galgano, une chapelle ronde a été construite sur le sommet de Montesiepi, avec l’épée dans la pierre comme sa principale attraction.

La légende de l’épée dans la pierre

Le songe de San Galgano

Le songe de San Galgano

Pendant longtemps on pensa que cette épée était une supercherie, mais des analyses effectuées en 2001 montrèrent que l’épée est bien enfoncée dans le rocher. D’après les mesures effectuées, la lame s’enfonce bien sur une bonne longueur à l’intérieur du rocher. Les chercheurs pensent que la tombe du chevalier se trouverait à proximité, et il semblerait qu’une cavité se trouve sous le rocher cette cavité mesurerait environ deux mètres sur un mètre. Jusqu’à présent on a aucune preuve historique de son existence.

Ce symbole (passage de la violence de la guerre à la paix de la religion) sert de représentation de la croix par la garde et la poignée restant visibles émergeant du rocher. Quatre années après sa mort, il fut canonisé par le pape Lucius III. Au cours des siècles l’épée dans la pierre et sa légende ont conduit à l’Abbaye des pèlerins et des visiteurs provenant de tous les pays du monde. Les nombreuses ressemblances avec les contes du cycle d’Arthur ne sont peut-être pas passées inaperçues.

En effet, beaucoup d’historiens ont souligné l’incroyable ressemblance du nom du saint, Galgano, avec celui d’un des chevaliers de la Table Ronde, Galaad, qui, d’ailleurs, était d’origine romaine. D’autres historiens ont remarqué la ressemblance avec le nom du plus jeune des chevaliers du Roi Arthur : Sire Gauvain. Naturellement, l’épée dans la pierre est associée à Excalibur et un livre récent de l’auteur Mario Moiraghi, « L’énigme de Saint Galgano », propose une explication intéressante de toutes ces coïncidences.

L’auteur soutient que l’histoire de l’épée dans la pierre vient de la Toscane, en Italie, et non des régions celtiques de la Grande-Bretagne ou de la France, et qu’elle a été ajoutée à la légende du Roi Arthur ultérieurement. Moiraghi soutient sa thèse en s’appuyant sur des preuves scientifiques qui datent l’épée de l’abbaye à l’année 1180, donc à un moment précédent toute référence littéraire à l’épée dans le cycle d’Arthur. L’auteur souligne également que l’enquête qui a mené à la canonisation de Saint Galgano contient une série de faits identiques à la légende de Perceval, celui qui trouva le Saint Graal.

Si ces hypothèses étaient vraies, alors la légende d’Excalibur pourrait provenir de la Toscane, et avoir été exportée vers la France par les moines cisterciens, dont la responsabilité dans la diffusion des légendes du Roi Arthur est largement reconnue. D’ailleurs l’abbaye consacrée à Saint Galgano et la chapelle consacrée au tombeau de Roi Arthur à Glastonbury remonteraient à la même période et ceci offrirait encore un autre lien entre cet endroit magique en Toscane et le plus légendaire de tous les rois.

Pendant des siècles, l’épée dans la pierre a été communément admise comme un faux moderne. Une étude relativement récente, cependant, a montrée que l’épée à été forgée au 12 ème siècle, sur la base de la composition du métal et le style de l’épée. Les chercheurs ont également découvert, à l’aide du radar à pénétration de sol, qu’il y a une cavité sous l’épée, contenant peut-être le corps de San Galgano. Enfin, la datation au carbone d’une autre curiosité de la chapelle – une paire de mains momifiés, a confirmée qu’elles sont aussi du 12 ème siècle. Selon une légende, le diable aurait envoyé un assassin, sous les traits d’un moine, à Montesiepi. Les loups sauvages de la colline, qui s’étaient liés d’amitié avec San Galgano, auraient protégés le saint, et attaqués le soi-disant agresseur. Après que l’assassin ai été tué, ses mains momifiées ont ensuite été exposées dans la chapelle.

Excalibur-3-1024x580

Le roi Arthur et l’épée Excalibur dans le film américano-britannique du même nom, basé sur la Légende arthurienne, réalisé par John Boorman (1981).

La construction de l’abbaye de San Galgano

Le portrait de Galgano Guidotti, peint par l'artiste Ambrogio Lorenzetti, Palazzo Pubblico de Sienne.

Le portrait de Galgano Guidotti, peint par l’artiste Ambrogio Lorenzetti, Palazzo Pubblico de Sienne.

Le lieu de la chapelle, la Rotonda di Montesiepi sur la colline, correspond à l’ermitage de San Galgano, fêté le 3 décembre. Le chevalier Galgano Guidotti, qui s’était converti après une jeunesse dissolue, s’était retiré en pénitence. En signe d’humilité et d’abandon de sa vie passée, il aurait voulu briser son épée sur le roc, mais celle-ci s’y serait enfoncée, formant ainsi une croix. Cette dernière est toujours présente, très rouillée et désormais protégée sous une chasse de plexiglas.

La réputation de l’ermite allant croissant, il fut invité à Rome en 1180 par le pape Alexandre III. À cette occasion, il rencontra les cisterciens de Tre Fontane, qui le persuadèrent d’adhérer à leur ordre, tout en lui laissant la liberté de vivre en ermite comme il le souhaitait. Il mourut l’année suivante ; les abbés de Casamari et de Fossanova veillèrent à son ensevelissement.

L’évêque de Volterra, Ugo Saladini, permit aux cisterciens de venir créer un oratoire sur la tombe de l’ermite et un logis pour les moines chargés de veiller à la prière et à l’entretien du lieu.

La petite fondation est rapidement constituée en abbaye fille de Casamari, et s’accroît au cours du XIIIe siècle, notamment au détriment d’abbayes bénédictines voisines. Elle acquiert des possessions dans les villes de la région, en particulier à San Gimignano et à Sienne. Un certain nombre de moines du monastère sont nommés évêques, voire déclarés saints après leur mort. La République de Sienne s’érige en outre en protectrice de l’abbaye. Le cartulaire de San Galgano est d’ailleurs déposé en 1322, signé par dix-neuf notaires, dans cette dernière ville.

Prolifique, San Galgano fonde à son tour quatre abbayes-filles en Toscane : Monte Faeta (de) en 1233, Settimo (de) en 1236, Verruca (de) en 1263 et Quarto (de) en 13372. Une cappellina attenante à la rotonde, construite en 1340, comporte plusieurs fresques d’Ambrogio Lorenzetti sur la vie du saint, certaines esquissées seulement.

La prospérité cesse à la fin du XIVe siècle : l’abbaye est deux fois ravagée par les raids de John Hawkwood. La commende fait son apparition au XVe siècle, et est généralisée sous le pontificat de Jules II ; comme dans l’immense majorité des abbayes régies par ce système, les abbés commendataires ruinent San Galgano. Ils se montrent particulièrement avides, l’un deux, Giovanni Andrea Vitelli, allant jusqu’à vendre le plomb de la toiture de l’église en 1548, accélérant sa ruine. En 1577, une restauration de la charpente est lancée, mais n’empêche pas la dégradation de se poursuivre. En 1600, certaines sources affirment qu’on ne trouve plus à l’abbaye qu’un seul moine, réduit à l’état d’ermite.

La commende est brièvement entravée en 1630, quand un moine de l’abbaye est élu abbé ; durant son abbatiat, l’abbaye compte 80 moines. Mais l’abbaye retombe en commende et dégénère à nouveau. Sous le pontificat d’Innocent X ; quinze ans plus tard, on ne compte déjà plus que quatre à six résidents, et il semble qu’en 1652 l’abbaye ait fermé.

Un des abbés commendataires, le cardinal Giuseppe Maria Feroni, fait venir au cours du XVIIIe siècle des Franciscains pour desservir ce qui reste de l’abbaye ; ceux-ci sont dix à la fin du XVIIIe siècle. Faute d’entretien, l’abbatiale est alors inutilisable et c’est la sacristie qui sert de lieu de culte. En 1786, le clocher, haute de trente-six mètres, s’effondre et ruine définitivement la voûte de l’abbatiale. Les troupes françaises ferment définitivement l’abbaye lors de l’invasion napoléonienne.

_______________________

Sources et références :

Publicités

À propos de Guy Boulianne

Guy Boulianne, auteur et éditeur. Ce dernier a réalisé une Quête personnelle, historique, généalogique et symbolique. Il en dévoilera prochainement la teneur dans la rédaction d'ouvrages à paraître.

Publié le 11 avril 2016, dans Actualités, et tagué , , , , , , , , , , , , . Bookmarquez ce permalien. 4 Commentaires.

  1. Cher ami,

    Merci pour la San Galgano. J’ai écouté la vidéo. Vous allez recevoir un courrier.

    Le chevalier Robert
    Salu mr. le baron Guy Boulianne

    Aimé par 1 personne

  2. acouppezvronsedolrac

    Merci.

    Cordialement.

    Annik.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :