La princesse de la Principauté de Sealand est décédée le 10 mars 2016

Joan Bates.jpg-pwrt3La princesse de la Principauté de Sealand, qui a régné sur une plate-forme minuscule au milieu de la mer du Nord, est décédée le 10 mars dernier à l’âge de 86 ans. Joan Bates (2 septembre 1929 – 10 mars 2016) a reçu son titre royal lors de son anniversaire, de la part de son mari Roy, après que celui-ci ait occupé la plate-forme en 1967 et l’ait déclarée comme étant un pays indépendant.

À à ce jour, la Principauté de Sealand continue d’agir comme un État souverain. Elle émet toujours sa propre monnaie à l’effigie de Mme Bates.

La princesse est décédée la semaine dernière dans une maison de soins infirmiers à Leigh-on-Sea, dans l’Essex, après une longue maladie. Son fils Michael âgé de 63 ans – le prince actuel de Sealand a rendu hommage à sa mère et à son rôle dans l’établissement de la principauté il y a près de 50 ans.

« Ma mère était une femme magnifique », a déclaré M. Bates. « Elle est née à Aldershot Barracks et son père était dans la Royal Horse Artillery et ils ont ensuite été stationnés à Shoebury Barracks. Mon père a déclaré l’indépendance de Sealand pour son anniversaire le 2 Septembre 1967, donnant à ma mère son titre de princesse. »

Sealand est un fort militaire construit pendant la Seconde Guerre mondiale à six miles nautiques au large de la côte d’Essex. Il devait être démoli après la fin du conflit, mais Roy Bates l’a repris pour faire fonctionner Radio Essex, une station de radio privée. Avec sa femme et leurs enfants adolescents Michael et Penny, le Disc Jokey a continué à vivre sur Sealand pendant des années. Il fit face à l’opposition du gouvernement britannique qui craignait que la plate-forme pourrait devenir un État communiste comme Cuba. Cependant, en 1968, un juge a décidé que « les tribunaux britanniques n’ont aucune compétence » sur Sealand, permettant à la famille Bates de continuer à opérer le territoire comme un pays indépendant.

Michael Bates, qui a vécu sur la plate-forme avec sa femme et sa fille au cours des dernières années, a dit que sa mère avait été un élément essentiel à l’établissement du projet Sealand. Il a dit: « Ma mère était une beauté naturelle qui a consacré sa vie à son mari. Ancienne  top modèle et reine de carnaval, Joan a mené une vie de haut niveau aux côtés de mon père. Elle est devenue très impliquée par le phénomène des radios pirates au large des côtes, et elle a aidé à établir Radio Essex. Elle a fait beaucoup pour la charité tout au long de sa vie, en particulier pour la RNLI ». Le petit-fils de Mme Bates,  James (29 ans), a ajouté: « Ma grand-mère était belle et pleine de vie. Elle était toujours impeccablement vêtue et très glamour. Elle a été modèle pour toutes sortes d’entreprises. » Il ajoute : « Je passais quelques semaines par an sur Sealand. Papa avait seulement 12 ans quand il est allé pour la première fois à Sealand. Quand je raconte tout cela à mes amis, ils sont toujours très surpris. »

Source : Dailymail.co.uk.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

À propos de la Principauté de Sealand

2000px-Sealand_Coat_of_Arms.svgLa principauté de Sealand est une micronation installée sur une ancienne plate-forme militaire appelée Fort Roughs, créée au large du Royaume-Uni par la Royal Navy, dans les eaux internationales de la mer du Nord. Le fort assurait la protection contre les raids aériens allemands pendant la Seconde Guerre mondiale. Il avait été désarmé et laissé à l’abandon après le conflit.

La particularité de Fort Roughs par rapport aux autres plates-formes de l’estuaire de la Tamise posées pendant la guerre est d’être situé dans les eaux internationales et donc de ne dépendre, à l’époque de la prise de possession, d’aucune législation particulière.

Aujourd’hui et depuis 1987, le territoire se situe à l’intérieur des eaux territoriales britanniques et fait donc administrativement partie, selon le Royaume-Uni, du comté anglais de l’Essex.

La principauté de Sealand est considérée par ses partisans comme une micronation. Elle n’est reconnue par aucune des nations qui constituent les Nations unies. Sa population n’excède que rarement cinq habitants et sa surface habitable est 550 m² environ, si bien qu’elle est souvent décrite comme le plus petit pays au monde par sa superficie. Elle est située à 10 km des côtes de Suffolk, en Angleterre, et est occupée depuis 1967 par les membres de la famille de Prince Roy et ses sujets.

Malgré l’étroitesse de la plate-forme, et son incapacité à s’agrandir, Sealand pourrait accueillir davantage d’habitants puisque durant la Seconde Guerre Mondiale des garnisons britanniques pouvant contenir jusqu’à 300 membres ont alors occupé la plate-forme.

Si en la vendant les Bates tablent sur un rajeunissement de la population de Sealand, « On possède l’île depuis 40 ans, mais maintenant, mon père est âgé de 85 ans, peut-être que le temps est venu d’un rajeunissement », cela signifie sans doute que la principauté peut accueillir un nombre plus important de personnes qu’actuellement. Michael Bates va même jusqu’à faire naître l’idée que les cylindres soutenant la plate-forme seraient aménagés et contiendraient un nombre impressionnant de pièces de toutes sortes et notamment de 7 chambres. Tout semble y être aménagé pour pouvoir y vivre et y travailler confortablement :

« Chaque tour a 7 étages et 7 chambres. La plateforme en compte encore une douzaine. Il y a également une salle de conférences, une installation de dessalement de l’eau de mer, une chapelle et une prison » (site officiel).

Depuis 1968, le Gouvernement britannique n’est plus intervenu dans les affaires de la Principauté, laissant à la famille Bates le soin d’administrer son « Etat ». Lors d’une interview conduite par Julie Le Baron en juin 2011, Michael Bates (actuel Prince Régent et fils de Paddy Roy Bates) a résumé les relations de Sealand avec le gouvernement britannique de la façon suivante : « Elles sont très bonnes. Ils font comme si on n’existait pas et en réponse, on les ignore aussi. Je crois que tout le monde est content » (Vice.com).

Publicités

À propos de Guy Boulianne

Guy Boulianne, auteur et éditeur. Ce dernier a réalisé une quête personnelle, historique, généalogique et symbolique. Il en dévoilera prochainement la teneur dans la rédaction d'ouvrages à paraître.

Publié le 25 mars 2016, dans Actualités, et tagué , , , , , , , , . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :