Le Royaume de Nova Francia signe un premier Traité de Reconnaissance Mutuelle avec le Royaume de Normandie

Traité de Reconnaissance Mutuelle (22 janvier 2016)

Traité de Reconnaissance Mutuelle (22 janvier 2016)

Le Royaume de Nova Francia vient tout juste de signer un premier Traité de Reconnaissance Mutuelle avec le Royaume de Normandie en Exil, dirigé par le prince Jarl Alé de Basseville. Un gouvernement en exil est un groupe politique qui revendique le fait d’être le gouvernement légitime, mais qui pour diverses raisons n’est pas capable d’exercer son pouvoir et réside dans un pays étranger, ou dans une partie différente du territoire. Les gouvernements en exil sont généralement établis dans le but de reconquérir le pouvoir dans le pays ou le territoire dont ils se réclament.

Un Gouvernement en Exil est essentiellement un outil de communication pour tenir en éveil et organiser les exilés, puis sensibiliser et informer la communauté internationale. Il peut être aussi un outil démocratique efficace pour déstabiliser les gouvernements dit « légitime » en tenant un autre discours aux différentes chancelleries et en offrant des solutions et une alternative possible pour le pays à la communauté internationale. De nos jours, plusieurs groupes de résistants ou de patriotes ont adoptés l’appellation de Gouvernement en Exil pour continuer leurs combats, les plus connus ou les plus actifs d’entre eux sont : le Gouvernement Tibétain en exil, la Monarchie d’Iran, la République Tchétchène d’Itchkérie, la République Arabe Sahraouie Démocratique, et la République de Cabinda.

Le Lion de Juda, emblème du blason de Thierry IV

Le Lion de Juda, emblème du blason de Thierry IV

Né à Bordeaux le 8 juillet 1970, Jarl Alé de Basseville est l’un des derniers descendants directs de la grande lignée des rois Viking et Normands. Non seulement est-il le descendant du roi d’Angleterre Guillaume le Conquérant, du duc de Normandie Robert Courteheuse et du comte de Loritello Robert de Bassonville, il est aussi le descendant du grand Guilhelm de Gellone, lui-même fils de Theodoric IV de Narbonne, Exilarque juif de Septimanie (tout comme le prince Guy de Boulianne et Francine Minville, la gardienne des sceaux du Royaume de Nova Francia).

En effet, les descendants mâles de la Maison de David au Moyen-Orient étaient venus à Narbonne dans le sud la France et avaient reçu le royaume de Septimanie. En plus d’être les dirigeants temporels de cette région semi-autonome, ils étaient également les héritiers spirituels de l’Exilarchat. Comme le Royaume juif de Mahoza, le nouveau royaume juif de Septimanie dans le sud de la France et le Nord de l’Espagne ne dura pas longtemps. En tant que Royaume ou principauté, la Septimanie devait durer trois générations ou à peu près, mais comme siège de l’Exilarcat occidental, il dura trois siècles, lorsque la tête de la lignée masculine passa à Barcelone, en Espagne.

Sceau armorié de Kalonymos ben Todros, dernier roi des Juifs de Narbonne, expulsé en l'an 1306 après JC.

Sceau armorié de Kalonymos ben Todros, dernier roi des Juifs de Narbonne, expulsé en l’an 1306 après JC.

Les Juifs de Babylone avaient toujours été administrés depuis l’époque de leur captivité au 6ème siècle avant JC, par leurs propres Exilarques ou « Princes en captivité ». Ils descendaient du roi Joachin de la Maison Royale de David. Ils vivaient dans un grand état et dans leur propre palais, et continuèrent jusqu’à ce qu’ils soient renversés par Tamerlane au XVe siècle de l’ère chrétienne.

Les Juifs de Narbonne en Septimanie aidèrent les Francs à capturer la ville qui étaient aux mains des califes Omeyyades d’Espagne. En retour le roi des Francs obtint de l’ennemi traditionnel Omeyyade, le calife abbasside d’Islam à Bagdad, seigneur des Exilarques de Babylonie, prince de la Maison Royale de David. Ce prince était destiné à être le « roi juif » local à Narbonne. Gershom ben Judah et son frère cadet Makir (Theodoric IV) arrivèrent à Narbonne en 739. Charles Martel  fit de Makir le comte de Narbonne (et comte d’Autun) et de son frère, Gershom, le comte  de Vienne (Girart de Vienne qui à la suite de son mariage avec Imma devient le souverain de l’Allemagne). Makir et Gershom étaient de grands érudits de la Torah. Et Gershom était un particulièrement brillant talmudiste et halakhiste.

Makir (Theuderic) en épousant Alda devient le beau-frère de Pépin Le Bref.  De l’union de Makir et Aude naîtront quatre fils : Menachem (Hernaut de Gironde), Nehemiah ha Makiri (Aymer le Chétif), Yakar (Gui Alberic de Narbonne), Nathan Kalonymus (Guillaume de Gellone) qui inspira plus tard le personnage de Guillaume d’Orange dans les chansons françaises et fut surnommé « Nez Crochu ». Il parlait couramment l’arabe et l’hébreu. L’étude des armoiries nous indique que son bouclier portait la même armoirie que celle des Exilarques Orientaux, le Lion de Juda. Guillaume observait le chabbat et Souccot même au cours de ses campagnes. »

Pepin installa Makir, le fils de l’Exilarque Babylonien comme roi juif de Narbonne. Dans les Chansons françaises, il était appelé Aimeri, mais était connu parmi la noblesse en tant que Theuderic ou Thierry, duc de Toulouse. Le professeur Zuckerman déclare qu’il était reconnu par le calife abbasside de Bagdad et par Pépin comme étant « la semence de la Maison Royale de David ». Zuckerman mentionne également l’affirmation selon laquelle les Exilarques Occidentaux étaient de sang plus pur que ceux de l’Orient. Plus tard les historiens essayèrent de cacher la judéité de cette dynastie et de supprimer de tous les récits et rapports la réalité de ce royaume juif d’Europe, mais l’érudition moderne est maintenant en mesure de mettre en évidence une grande partie de cette histoire cachée.

La généalogie du prince Jarl Alé de Basseville, descendant de Thierry IV de Narbonne, Dagobert II et Guilhelm de Gellone.

La généalogie du prince Jarl Alé de Basseville, descendant de Thierry IV de Narbonne, Dagobert II et Guilhelm de Gellone.

« Mon Devoir », par Jarl Alé de Basseville

Le manifeste de Jarl Alé de Basseville intitulé « Mon Devoir » (tome 1) sera bientôt publié aux Éditions Dédicaces. Les Éditions Dédicaces ont été créées en 2009 par le fondateur du Royaume de Nova Francia, Guy de Boulianne, Baron-Farge de la Tour Smalt d’Atsos au sein de la Fondation de l’Ordre des Chevaliers de Rondmons et Duc au sein de la micronation de Ladonia (en Suède). La maison d’édition publie des auteurs à l’échelle internationale (www.dedicaces.ca et www.dedicaces.us).

Ce livre écrit par Jarl Alé de Basseville, prince de Normandie, est un manifeste. Il y parle de son enfance, de son éducation et de son parcours qui lui ont permis d’avoir cette vision de la politique, de la géopolitique, de l’économie et de la société. Grâce à un patrimoine historique familial qui lui a été transmis de génération en génération, sa vision, à la fois bien à lui, est également au coeur des préoccupations sociales actuelles.

Jarl Alé de Basseville a donc décidé d’écrire et d’exposer, non seulement les buts de son mouvement, mais encore sa genèse. De plus, il a ainsi l’occasion de créer sa propre formation. L’auteur est certain que cela peut servir à la destruction de la légende bâtie autour de sa personne par la presse.

Jarl Alé de Basseville s’adresse ici à ces tribus vikings, celtiques, gothiques de son mouvement qui cherchent maintenant une explication plus approfondie sur leurs traditions, leurs identités et leurs cultures. Le prince de Normandie n’ignore point que c’est par la parole beaucoup plus que par des livres que l’on gagne les hommes : tous les grands mouvements de l’Histoire sont dû bien plus aux orateurs qu’aux écrivains, même si les idéologies en sont nées. Il n’en est pas moins vrai qu’une doctrine ne peut sauvegarder son unité et son uniformité que si elle a été fixée par écrit, une fois pour toutes.

En signant un Traité de Reconnaissance Mutuelle entre le Royaume de Normandie en Exil et le Royaume de Nova Francia, les deux princes Jarl Alé de Basseville et Guy de Boulianne ont pour objectif de collaborer ensemble sur des projets communs. Ces projets seront axés autant sur la culture, les arts et l’environnement, et s’étendront aux problèmes socio-politiques actuels et aux alternatives possibles afin de créer un monde meilleur. C’est aussi une manière bien à eux de réunir leurs deux familles cousines, séparées par de trop longs siècles de mutisme.

Traité de Reconnaissance Mutuelle entre le Royaume de Normandie en Exil et le Royaume de Nova Francia.

Traité de Reconnaissance Mutuelle entre le Royaume de Normandie en Exil et le Royaume de Nova Francia.

______________________

RÉFÉRENCES :

À propos de Guy Boulianne

Guy Boulianne, auteur et éditeur. Ce dernier a réalisé une Quête personnelle, historique, généalogique et symbolique. Il en dévoilera prochainement la teneur dans la rédaction d'ouvrages à paraître.

Publié le 22 janvier 2016, dans Actualités, et tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Bookmarquez ce permalien. 1 Commentaire.

  1. Bravo pour ce rapprochement,
    et tout mes voeux de réussite dans vos projets mes Seigneurs.

    Stéphane Coin

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :