Nous accueillons Acka Raïs-Ismaël Kablan parmi nos Ambassadeurs

Acka Raïs-Ismaël KablanNous sommes très heureux et très honorés d’accueillir en tant que Chevalier au sein du Royaume de Nova Francia, Monsieur Acka Raïs-Ismaël Kablan. Celui-ci devient du même coup l’ambassadeur de notre micronation dans la République togolaise, en Afrique de l’Ouest. Raïs-Ismaël Kablan travaille depuis 2011 comme conseiller en stratégie d’implantation et de développement d’entreprises dans de nombreux pays d’Afrique Subsaharienne (Afrique de l’Ouest et Afrique central). Depuis son installation au Togo, dans la même année, il intervient principalement dans les secteurs de la téléphonie mobile, des méthodes et technologies distributions de produits. Il  appuie aussi la création et le management durable d’entreprises locales et intervient en tant que conseil des cadres dirigeants.

Issu de la tribu Akan des Agni-Anohou de Côte d’Ivoire, Acka Raïs-Ismaël Kablan est un Dihiwa (Noble de sang royal) de la lignée Angaman-Tanoh d’Afféré II. Son Grand Père, Feu Nanan John Kablan, sacré Nanan Angaman-Tanoh John II, Roi d’Afféré II a régné de 1953 à 1999.

1013463_272382069569663_470389116_nEn tant que citoyen du monde et conscient de ses devoirs, Raïs-Ismaël Kablan promeut l’esprit de service et de développement de la personne. Ainsi, en tant que président de l’Alliance pour les Coopératives d’Afrique (ACOOPA), organisme de promotion de l’Economie Sociale Solidaire et des activités orientés vers le développement durable, Raïs-Ismaël Kablan dirige des projets de formations et d’assistance aux associations et coopératives africaines.

Cette initiative qui en est encore à son début compte déjà le soutien à l’association togolaise d’appui à l’entreprenariat féminin, un projet d’incubation des artisans couturiers, la mise en place d’un master en éducation numérique en partenariat avec l’OpenLab du Centre de Recherche Interdisciplinaire de l’Université de Paris Descartes.

Acka Raïs-Ismaël Kablan est aussi l’organisateur du Salon du Vin de Lomé, au Togo. Cet événement permet de promouvoir le vin et plus particulièrement le vin français : un produit vivant, un outil culturel possédant de multiples trajectoires d’opportunités (support de communication sérieux, bien de consommation prisé, étrenne valorisante…). Le Salon du Vin de Lomé donne l’occasion de démocratiser le vin et d’en faire un produit pour tous par la transmission de la culture du produit, les propositions de gammes variées et un excellent rapport qualité/prix.

Bref aperçu de la lignée royale

Préparé et rédigé par Nanan Acka Raïs-Ismaël Kablan

Le Ghana avec en rouge, l’actuelle région Ashanti

Le Ghana avec en rouge, l’actuelle région Ashanti

L’humilité, la vertu des visionnaires est, dit-on aux côtés de sa sœur la congruence, une énergie forte qui révèle la vraie nature des hommes destinés à la grandeur. Et si j’essaie de définir le mot grandeur, je ne suis pas sûr que le sens que j’en donnerai soit en accord avec celui des dictionnaires. Je pense même que l’humilité impacte fortement la grandeur et la détermine. Je crois aussi que les hommes qui ont changé les choses, l’on fait en partant d’actes simples par la force de leur esprit de partage et par une absolue confiance en le secours de la Providence.

Notre très cher père, Nanan Anoh-Koua Kpokou (Kablan Koua Ernest-Marie), lors de nos entretiens sur la spiritualité et la tradition insistait fortement sur cette valeur : l’humilité. La note clé de l’histoire de notre famille est « humilité ». Oui ! Sans l’application de cette vertu, rien de ce que nous sommes, rien de ce que nous possédons, rien de ce qui fait notre héritage culturel ne nous serait parvenu. Outre cela, mon autre conviction est que les grandes choses auxquels nous aspirons tous sont en réalité, de toutes petites choses, très simples mais aux répercussions inimaginables. Notre père a mené une vie simple et discrète. La noblesse des Anohou est cela même, la simplicité et le vrai. C’est aussi l’une des nombreuses applications de la congruence : être vrai vis-à-vis de soi-même et vis-à-vis des autres ; Faire toujours ce que l’on dit et être silencieux sur ce que l’on a fait de bien.

Au décès de notre Père Nanan Anoh-koua Kpokou, le grand vide de son absence et la fin de nos riches échanges et entretiens sur ce qui devait m’entraîner plus résolument vers moi-même m’ont emmené à me demander, que faire pour rattraper tout ce que j’ai perdu, tout ce qu’il n’avait pu me livrer avant son départ. Même s’il a rejoint « Eblôlô » et qu’il est toujours à nos côtés, cela n’enlève rien à ce vide. Et je pense qu’il insisterait comme il le faisait encore de son vivant en disant : « Nanan Acka, quand je ne serai plus là, tu sauras vraiment ce qu’est perdre un père ».

Je pense tout de même que nous avons eu le meilleur. De grandes choses font aujourd’hui notre héritage. Non pas des châteaux fortifiés ou des terres à perte de vue… Non pas des trésors amassés dans des chambres forts… Nous avons le meilleur, tout petit en apparence mais grand par sa force : L’unité de notre famille.

Aussi, ai-je entrepris ce petit travail avec l’aide et le soutien de notre Papa Nanan Angaman-Tanoh Richard afin que toute notre petite tribu que nous nommons la République franche et démocratique d’Afféré II sache qui nous sommes et d’où nous venons. C’est une façon d’avoir papa près de nous mais aussi d’avoir tous ceux de notre famille qui ne sont plus. Et quand nous raconterons à nos enfants d’où nous venons, ils épouseront certainement cette philosophie et ce mode de vie : La noblesse Anohou.

Je souhaite remercier M. Guy Boulianne, Grand Chancelier de la Nova Francia pour m’avoir insufflé cette idée. Enfin, il m’est venu à l’esprit, la fameuse question des grecs qu’on attribue soit au célèbre Oracle de Delphes dans la suite logique de ses prédictions, soit aux philosophes et qui dit en filigrane : « Homme, qui es-tu, d’où viens-tu, où vas-tu ? » Une au moins de ces questions trouve sa réponse dans cette quête de nos racines. À nous de répondre ensemble aux deux autres.

Nanan Angaman-Tanoh John II, Roi d’Afféré II entouré de trois de ses épouses De gauche à droite, Allou Ya Assamla, Kpangni Nganda et Koffi Akossoua.

Nanan Angaman-Tanoh John II, Roi d’Afféré II entouré de trois de ses épouses De gauche à droite, Allou Ya Assamla, Kpangni Nganda et Koffi Akossoua.

L’histoire de la lignée des Angaman-Tanoh est fortement liée à celle de la migration des Agni-Ashanti du Ghana et plus particulièrement celle de la Tribu des ANOHOU.

Un peu d’histoire

Nanan Angaman-Tanoh Richard chef de famille (assis) et son neveu-fils Nanan Angaman-Tanoh John.

Nanan Angaman-Tanoh Richard chef de famille (assis) et son neveu-fils Nanan Angaman-Tanoh John.

Le peuple Agni est originaire du pays Ashanti situé dans l’actuel Ghana, en sa partie sud, dans la Région du même nom (Région Ashanti). Celle-ci compte aujourd’hui 27 districts et a pour Chef- lieu, Kumasi. Le peuple Agni était installé dans une zone autrefois appelée, le pays Agnouan-Agnouan, non loin de la rivière Pra, l’un des affluents de la Volta le plus à l’ Est du Ghana et la plus grande des trois principaux cours d’eau qui draine la région Sud du lac Volta.

On considère qu’elle fit  partie de la fédération Ashanti dont le développement de fait se situe autour du 13ème siècle. La civilisation Ashanti atteint son apogée au 17ème siècle et occupe à cette époque, près de 70% du territoire du Ghana actuel. Ce développement rapide est engagé par une figure importante de l’histoire du peuple Ashanti, Nanan Osey Tutu.

Issu de la tribu Oyoko, ce premier Roi unificateur impose les Oyoko comme peuple dominant depuis leur point d’origine Asantemanso.

Nanan Osey Tutu, unificateur des peuples Akan alors prince installé à la cour de son suzerain Nanan Boa du Royaume Denkyria va y former le dessein d’agrandissement du Royaume. Il sera pour assurer le dénouement positif de son projet d’unification, conseillé par Nanan Okomfo. Tous deux vont mettre en place les fondements et les symboles de l’unité du Royaume Ashanti.

Parmi ces symboles, on compte les signes et insignes royaux ainsi que le plus prépondérant, le trône d’or massif, qui devient le point de convergence entre le temporel et le spirituel, entre l’humain et le divin et où le roi devient le lien entre les humains ses sujets et les forces invisibles. Il est aisé de penser que la période de l’unification et de l’expansion du royaume Ashanti conduite par Nanan Osey Tutu, coïncide avec celle de la défaite des tribus Agni que les historiens situent au tour du 18ème siècle.

Une importante tribu du peuple Agni, les Agni-Brafé fonda au Sud – Est de la Côte d’Ivoire, le royaume de Krindjabo. Les autres tribus migrèrent plus au Nord, occupant ainsi, la région Est de la Côte d’Ivoire. Il s’agit entre autres des Béttié, des Anofou, des Ndéniè (bâtisseur du Royaume de l’Indiénié ayant pour chef lieu Adahou et pour siège royal, Abengourou)…

Les Anohou

Nanan AKA KPLI KOFFI, fils de la tribu des ANOHOU reçut en récompense de hauts faits de guerre, une Chaise Royale dénommée : KROU KPANGNI BIA. Muni de  son trophée particulier, Il vint s’installer dans le MORONOU, précisément sur un site qu’il baptisa BOFOMA qui deviendra plus tard, AFFÊLÈ (retranscrit par le colonisateur en Afféré).

De ce point central, naîtrons 6 villages dont le chef lieu actuel est Afféré II. Outre Afféré II, les autres villages dépendant de cette Chaise Royale tutélaire sont :

  • Afféré 1 (site originel de BOFONA scindé en deux en 1952 à la suite de divergences politiques) ;
  • Agbossou, lieu constituant l’avant-poste de garde de la tribu, situé au Sud de la zone BOFOMA, où le fleuve AGBO prend sa source ;
  • Bénéné I et Bénéné II, Avant-postes Nord de la tribu Anohou ;
  • Yobouéssou, deuxième Avant-poste Nord de la tribu.

La tribu Anohou compte aujourd’hui, plus de 15000 ressortissants et est limitée au Nord et à l’Ouest par le pays BAOULE (partie du AGNOUAN-AGNOUAN avec les tribus Agni et dirigée par la célèbre ABLA-KPOKOU), au Nord-Est par les Agni-Ahua, à l’Est pas les Agni-Sahie et au Sud par les Agni- Assié et Essandani.

Sans titre 13

La reconstruction d’une lignée royale

Avant la présentation de ce point, il est bon d’effectuer un petit rappel sur le régime de succession au trône chez les Anohou qui ne diffère pas dans le pays Agni. La succession est dite Matriarcale (matrilinéaire) donc liée à la famille maternelle qui seule, génèrera les héritiers d’une lignée. Elle est résumée dans la formule suivant : « le frère hérite du frère, et le neveu hérite du neveu. Ce n’est que quand il n’y a plus de frère que le neveu hérite de son oncle ou très rarement l’oncle du neveu ».

Nanan Anoh-koua Kpokou fils aîné de Nanan John Kablan.

Nanan Anoh-koua Kpokou fils aîné de Nanan John Kablan.

L’arbre Généalogie de notre famille plonge ses racines, loin dans le passé. Mais pour mieux situer le point de départ de cette chronique royale, nos racines ne remonteront qu’aux parents de Nanan Angaman-Tanoh deuxième du nom.

Nanan Kablan Joseph, membre de la tribu des Anohou épousa Krou Amoan. Nanan Kablan Joseph décida de rejoindre au Ghana précisément à Sunyani, une branche de la famille Kablan qui y demeurait encore.

Sunyani est une ville de la région de Brong Ahafo, à l’Ouest de la région Ashanti. Elle est historiquement connue comme un avant-poste britannique, réputée pour la présence des éléphants. En la faveur de la construction d’une route reliant cette ville à Kumassi, la capitale Ashanti, Sunyani devient le chef-lieu de la région de Brong Ahafo.

Le district de Sunyani devient rapidement l’une des plaques tournantes du cacao, de la noix de kola, ainsi que des denrées principales telles que les céréales et l’igname.

L’objectif de Nanan Kablan Joseph était de s’y installer avec son épouse, Krou Amoan. L’installation fut aisée et l’acclimatation facilitée du fait des similitudes de langues. Nanan Kablan Joseph eut de son épouse, Krou Amoan, quatre enfants dont trois fils, John Kablan, Atta Kablan, N’Zi Kablan et une fille décédée très jeune. John Kablan (Kablan oi Kablan Joseph) naît en 1922 à Sunyani au Ghana. Instruit dans le système anglophone, John Kablan obtient son certificat et devient enseignant.

A la mort de son père Nanan Kablan Joseph, John Kablan demeura à Sunyani avec sa mère Krou Amoan, ses frères Atta Kablan et N’Zi Kablan. La nouvelle du décès de l’époux de leurs sœurs leur étant parvenue, les parents maternels décidèrent de venir au Ghana à Sunyani la retrouver afin qu’ils reviennent tous en Côte d’Ivoire dans la grande famille. Une fois rentrés, les enfants de Nanan Kablan Joseph furent remis à leurs parents paternels. C’est alors qu’ils se retrouvèrent à Assiè-Koumassi chez leur oncle, Nanan Kablan Ahossi, Roi d’Assiè-Kokoré.

En la faveur de la rencontre avec son oncle maternel, Nanan AKA, ce dernier l’informe qu’il est dans la ligne successorale d’un trône des Anohou appartenant à sa famille maternelle. Mais l’affaire est délicate. Un contentieux affecte ce trône qui pour ainsi dire l’otage ou « Ahoba » de créanciers. Le trône a été mis en gage par son dernier possesseur contre une forte somme d’argent. Le plein exercice du droit à cette succession royale ne sera possible que lorsque le trône sera libre de toutes contraintes financières et de tous litiges. Par ailleurs, Nanan Aka aurait bien assumé cette responsabilité si le conseil des chefs l’y autorisait mais cela ne serait jamais envisageable vu sa nature bouillonnante. Le meilleur candidat à cette succession reste John Kablan (Kablan oi Kablan Joseph).

Là commence de longues séries d’entretiens et de transmission orale sur la tradition Anohou, la responsabilité du Chef ainsi que les implications de l’acceptation de la Chaise Royale que nos coutumes considèrent comme vivantes.

En effet, dans la cosmogonie Agni-Anohou, il est à considérer en substance, les aspects suivants qui mêlent inextricablement la vie humaine aux interventions invisibles. Niamien Kpli (le  ciel), Dieu des dieux (ceci démontre une croyance fortement hénothéisme) est en vis-à-vis avec Assiè la terre nourricière. Eblôlô ou sein sacré des ancêtres (mânes des ancêtres) est le lieu de résidence de tous ceux qui nous ont précédés en ce monde. Aux titres de ce panthéon figure en bonne place, les phénomènes impressionnants de la nature : les chaînes montagneuses, les cours d’eau (fleuves, rivières, etc.), les forêts dont certaines sont considérées comme sacrées, etc. L’Adja-Bia (Chaîne Royale) représente le lien entre les vivants et le monde l’invisible, naturel et divin.

Nanan Angaman-Tanoh John II lors d’une cérémonie.

Nanan Angaman-Tanoh John II lors d’une cérémonie.

En outre, tout Roi doit avoir les moyens de sa politique. L’intronisation constitue un lourd investissement qui entraînera John Kablan à s’engager dans le commerce et l’agriculture. John Kablan va donc se battre pour être financièrement indépendant et payer le gage afin de libérer le trône de ses créanciers. Ceci étant fait, la voie était libre pour John Kablan de s’installer sur le trône. Il a été ainsi intronisé en 1953 et a régné jusqu’au 19 Août 1999, date de son décès. Le trône revient chez les siens. Le trône original appartenant à Nanan Angaman-Tanoh, John Kablan s’y installa suivant la tradition sous le nom de Nanan Angaman-Tanoh John afin que ce nom se perpétue. Il œuvra dès ce moment à la restauration du lustre des Anohou par diverses constructions dont la Cour Royale basée à Afféré II.

A son décès, par application du principe matrilinéaire, son fils aîné Kablan Koua Ernest ne lui succèdera pas. Le trône restera vacant jusqu’en 2010 où Nanan Youbouet Koua Ludovic prendra la succession et assurera la continuité de la régence.

Pour conclure

Nanan Angaman-Tanoh Richard

Nanan Angaman-Tanoh Richard

Feu notre Père Nanan Anohkoua Kpokou (Kablan Koua Ernest), fils ainé de Nanan Angaman-Tanoh John 2ème insistait beaucoup sur l’unité qu’il considérait comme la qualité que toute cellule humaine avait intérêt à privilégier et à promouvoir, qu’elle que soit sa taille, ses origines, ses centres d’intérêt. La Chaise Royale en est le symbole et nous, les Dihiwà (nobles ou sang-bleus), ses obligés.

Notre royauté est simple à notre avis, peu ostentatoire sauf lors des fastes que réclament quelques cérémonies particulières. Mais elle est riche des principes de vie que professe la vraie chevalerie que nous pourrions reprendre en ses termes.

  1. Croire à tous les enseignements de nos traditions et en observer les commandements;
  2. Protéger notre unité et les symboles qui la forgent ;
  3. Défendre tous les faibles ;
  4. Aimer notre Terre Natal ;
  5. En toute chose être franc ;
  6. Remplir nos devoirs vis-à-vis du Royaume à condition qu’ils ne soient pas contraires à nos traditions ;
  7. Ne pas mentir et n’avoir qu’une seule parole;
  8. Être libéral et généreux ;
  9. Défendre le bon droit et la justice.

Cette Royauté est fortement empreinte d’une noblesse dont les racines plongent profondément dans l’invisible, la connectant à tous les passés et présents de la tribu des Anohou.

genealogie

Cette arbre a été simplifié et ne présente qu’un aspect de la lignée de John KABLAN sacré NANAN ANGAMAN-TANOH John. Le fils ainé KABLAN KOUA Ernest-Marie (Nanan Anoh-Koua Kpokou) épousa N’Dégnan Ebella Amanzoulé, fille du célèbre KABRAN-N’DEGNAN Dominique, gardien des joyaux royaux d’Abengourou (Chef lieu de la tribu des Agni-Indéniè). Ces joyaux royaux consistent en un ensemble de Chaises Royales. Il assuma pour le compte du Roi de l’Indéniè, la fonction de Chef d’Abengourou. Mais ceci est une autre histoire et fera l’objet d’un autre mémorandum familial.

Il est de coutume chez les Agni de nommer au décès d’un chef de famille, un remplaçant. Aussi, depuis le décès de Nanan Anoh-Koua Kpokou, Nanan Agaman-Tanoh Richard veille sur le plus précieux héritage de son frère défunt : ses enfants.

Publicités

À propos de Guy Boulianne

Guy Boulianne, auteur et éditeur. Ce dernier a réalisé une quête personnelle, historique, généalogique et symbolique. Il en dévoilera prochainement la teneur dans la rédaction d'ouvrages à paraître.

Publié le 10 janvier 2016, dans Actualités, et tagué , , , , , , , , , , , , . Bookmarquez ce permalien. 1 Commentaire.

  1. Acka Raïs-Ismaël Kablan

    Grand chancelier,

    Je vous adresse ma profonde gratitude pour cette présentation. Je viendrai à votre école de présentation. Merci beaucoup.

    Respectueusement,
    Acka Raïs-Ismaël Kablan

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :